Narration et générations / Générations et médias

Profitant de la visite de M. Fausto Colombo, Professeur à l’Université du Sacré-Cœur de Milan, les doctorants présenteront leurs travaux sous la perspective de la notion de génération. Il s’en suivra un échange entre tous les participants sur les différentes problématiques soulevées par cette notion sur laquelle M. Fausto Colombo a écrit plusieurs articles. La journée se divisera en deux axes d’analyse répartis sur le matin et l’après-midi.

Le programme est accessible en ligne, ainsi que les résumés des interventions

Axe 1 : Narration et générations

Oriane Piquer-Louis, doctorante à l’Université de Lyon 2. Thèse soutenue par la région Rhône-Alpes, via l’ARC 5, sous la direction de Julia Bonaccorsi et Elöd Egyed-Szigmond.

Sujet de thèse : Documenter l’expérience habitante de la ville sur les réseaux sociaux : corpus  photographiques et données numériques, le sens des collections

Proposition de présentation : L’autonarrativité de la génération sur le web

A partir d’une étude de cas, on regardera comment les nouveaux modes d’expression photographique sur les réseaux sociaux – plébiscités par les jeunes adultes et les adolescents aujourd’hui – pourraient permettre de réactiver des récits qui traversent les générations. La présente communication fait l’objet d’une réflexion en cours et non de résultats finalisés.

Marie Hamid, doctorante contractuelle à l’Université de Lyon 2, sous la direction de Julia Bonaccorsi et Camille Jutant.

Sujet de thèse : Le devoir de patrimonialisation : représentations des cultures issues de l’immigration. Le cas de la culture vietnamienne.

Proposition de présentation : La construction des générations issues de l’immigration : le cas des rapatriés d’Indochine

La notion de génération d’immigrés  – première, deuxième, troisième – convoque généralement les catégories de parents, enfants et petits-enfants. Cette classification naturalisée s’avère difficilement applicable à la réalité empirique. Que se passe-t-il lorsque parents et enfants ont conjointement vécu l’immigration ? Forment-ils une seule et même génération ? Le degré de filiation comme objet de formation du groupe semble impertinent dans ce cas. Plutôt que de chercher à classer les individus, nous cherchons à comprendre les processus à l’œuvre dans la construction de groupes générationnels issus de l’immigration. Qu’est-ce ce qui fait génération ?

Mariane Khoule Tall, Doctorante (CIFRE), Chargée d’expérimentation Capacity Sainté Direction Sports Jeunesse Vie Associative – Ville de Saint-Etienne. La doctorante est sous la direction Isabelle Garcin-Marrou et en co-direction de Fabien Labarthe

Sujet de thèse : Education populaire, pouvoir d’agir et numérique : le cas de l’expérimentation Capacity Sainté – vers l’émergence de nouveaux espaces de médiation sociale et numérique dans les quartiers populaires de Saint-Etienne.

Proposition de présentation : L’éducation médiatique de la jeune génération via leurs pratiques numériques

Le numérique est une des réalités de leur quotidien, ils/elles ont entre 11 et 21 ans, et sont déjà bien connecté(es) s à l’internet; avec une connaissance des médias et des pratiques numériques (au sens large) plus ou moins avancées selon leur âge, leur centre d’intérêt, leur appartenance sociale, leur résidence géographique… Pourtant, ce n’est ni par le biais de l’éducation nationale ni celui de l’éducation populaire que cette jeune génération forge (l’essentiel de) son éducation médiatique. Qui et qu’est-ce qui fait l’éducation médiatique de la jeune génération aujourd’hui ? Par quels canaux passe t-elle et que révèle-t- elle comme (nouveaux) enjeux pour les politiques de médiation numérique ?

Axe 2 : Générations et médias

Clémentine Leroy, doctorante contractuelle à l’Université de Lyon 2, sous la direction de Isabelle Garcin-Marrou et Isabelle Hare.

Sujet de thèse : Du « Grexit » au « Brexit » : l’UE en questions. Analyse comparée des discours politiques et médiatiques français, britanniques et allemands.

Proposition de présentation : Représentation et mise en scène politisée des générations

Le Brexit est synonyme pour le Royaume-Uni de rupture, rupture avec l’Union Européenne après 43 ans d’adhésion, rupture au sein même de son territoire avec les cas de l’Ecosse, l’Irlande, Gibraltar…, mais aussi rupture générationnelle. Une des explications et des conséquences dramatiques du Brexit est incarnée dans la presse par la notion de génération. On peut ainsi voir apparaître les termes de « dicature des vieux », d’avenir volé… La responsabilité de la faute du Brexit balance entre une génération vue comme dépassée et une autre comme irresponsable. Après le choc, il reste cependant une idée forte : la jeunesse est l’avenir de l’idéal politique que veut incarner l’Union Européenne.

Ugo Moret, doctorant GRIPIC, sous la direction de Valérie Jeanne-Perrier.

Sujet de thèse : Cultures du texte journalistique en ligne : sémantisation du temps dans les nouvelles formes éditoriales en ligne

Proposition de présentation : Génération de médias, génération de journalistes : tentative de délimitation d’un corpus médiatique

Cette communication vise à présenter les délimitations d’un corpus en construction. Composé de jeunes médias et des journalistes qui les ont fondés, nous utilisons pour délimiter ce corpus la notion de génération autant dans son sens littéral (appliqué au social) qu’en tant que métaphore (appliqué à des objets construits) en s’attachant à montrer leur interdépendance. Présente dans les discours d’accompagnement de nos médias, nous mettons l’idée de génération en tension avec celle – absente de ces mêmes discours – de généalogie des objets médiatiques dans la mesure où l’une cherche à signifier des ruptures quand l’autre veut à construire des continuités.

Texte proposé par Clémentine Leroy

Laisser un commentaire